RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

TENTATIVE DE PUTSCH CONSTITUTIONNELLE AU SENEGAL

Publié le 11/07/2011


 

TENTATIVE DE PUTSCH CONSTITUTIONNELLE AU SENEGAL

 

La constitution sensée être sacrée, véritable étendard au service de la protection et de la promotion de la démocratie, est l'unanimité des pays d'Afrique devenue un paillasson sur lequel tout chef dictateur qui se respecte s'essuie les pieds. Le SENEGAL, jadis pays modèle au plan économique affichant une exemplarité a tout épreuve brillant en l'absence d'un sous-sol nappé de pétrole a fini par rejoindre le tristement célèbre classement des pays hautement corruptibles, ce qui n'a hélas rien de surprenant étant le dictateur jadis libérateur du peuple SENEGALAIS.

: Cet homme talentueux au service du bien être de son peuple a retourne sa veste pour servir ses propres intérêts, en tentant d'amender la constitution sur deux volets :

 

1-/ Créer une fonction de vice-présidence

2-/ Permettre l'élection du président avec seulement 25% des suffrages universels

 

1-/ Sur ce premier point

 

La création d'un poste de vice-presidence n'est pas une idée évoquée par hasard. A l'image des états unis, le président nomme son vice-président et celui-ci l'assiste dans la nomination des membres de son cabinet ainsi que des ministres qui sont aux USA des secrétaires d'état.

Du reste le vice-president soumet  à l'approbation du président OBAMA les membres de son cabinet.

 

L'application au cas d'espèce est révélateur d'une posture putschiste de Monsieur WADE pour d'évidente raisons puisque, par le passe ce dernier a tente de faire élire pseudo démocratiquement son fils KARIM, lequel avait été désavoué par les sénégalais dans leur immense majorité percevant d'un mauvaise œil cette opération coup de point qui était de nature à faire de KARIM WADE un élu démocratiquement élu. Détermine, a légitimer son fils sur la scène politique sénégalaise Mr WADE remanie son gouvernement et comme une idée sortie d'une pochette surprise; le fils KARIM WADE se retrouve propulsé a la tète d'un ministère régalien de grande importance en qualité, il faut le signaler de ministre d'état.

 

Le peuple comprend Delors la stratégie claire du chef de l'état qui entend de grée ou force conduire son fils KARIM a tète du Sénégal; a l'image de ce qui s'est passe au GABON TOGO EN RDC. Loin de faire l'unanimité, et persuadé de faire l'affaire KARIME WADE croit en ses chances. Le monde, la communauté internationale, l'ONU doivent assister et veiller avec le peuple SENEGALAIS; il est clair que c'est trop leur demander ils auront vite fait de se mettre l'oreiller au visage car préférant ne rien voir pour mieux faire valoir le principe de non-ingérence. La création de cette fonction foulerait au pied le peu de parcelle démocratique auquel tient le peuple SENEGALAIS. Monsieur ayant une majorité confortable a la chambre basse, il est inéluctable de conclure que WADE père et fils pourront a loisir triturer la constitution et créer d'immenses lois et règlements incongrus au bénéfice de leur parti,  et de l'entourage familiale du président, la messe est dite et au peuple SENEGALAIS nous AFRICIANS leur souhaitant COURAGE RESISTANCE ET DETERMINATION.

 

Leur patriotisme permettra également a l'opposition de peser de tout son poids, dans la défense des intérêts souverains de la constitution au regard de calcul hypothétique consistant pour WADE PERE à vouloir être reconduit a la tète du SENEGAL avec seulement 25% des suffrages.

 

2-/ Application contestable sur le plan du droit

 

Il est intrinsèque, et constitutionnellement reconnu y compris sous l‘époque des premières Républiques qu'un candidat ne pouvait voir sa légitimité de président connu, qu'a la condition d'etre elu par son peuple avec plus de la moitié des suffrages. Cet usage devenu coutume puis consacré par la constitution constitue le vecteur central de stabilité post électorale. Monsieur WADE semble devenir curieusement sénile alors qu'il a été élu par une majorité de son peuple en 2000, et parce qu'il est aujourd’hui désavoué par ce même peuple; WADE considère que ce même peuple n'est aujourd’hui plus capable de percevoir son immense talent, MAIS DE QUEL TALENT PARLE T IL :

 

- De celui d'un chef d'Etat aux propos diffus

- De celui d'un chef d'Etat qui privilégie l'intérêt d'une personne au détriment de tout un peuple

- De celui d'un homme dont plus aucun Sénégalais ne vaut plus entendre parler

- Ou est ce chef d'état, qui a retourner sa veste et soumis le SENEGAL a la dictature, histoire de montrer aux autres dictateurs  qu'il a de la suite dans les idées.

 

La réalité est que monsieur WADE, s'est fourvoyer et qu'en l'Etat actuel des choses tout semble indiquer, son âge aidant que monsieur WADE n'est plus apte a diriger le SENEGAL, que l'humilité lui recommande donc de ne pas se représenter.

 

Le SENEGAL est un et indivisible, les SENEGALAIS ne laisseront pas s'installer une monarchie. Fin

 

Par Parfait BOND Juriste en droit des affaires et fiscalité – Concepteur de Renaissance

 

 

 



11/07/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi