RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

Des paroles encore et encore

 
Publié le 07.12
 
Compte rendu du conseil des ministres du 5 décembre 2011

Il s’est tenu au Palais du peuple, ce lundi 05 décembre 2011, un Conseil des Ministres, sous la haute
autorité de son Excellence Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République, Chef de L’Etat.
L’ordre du jour de cette session du Conseil des Ministres a porté sur l’examen de deux (02) affaires :

· L’examen des délibérations du groupe interministériel restreint relatif à l’assouplissement de
certaines dispositions du code des marchés publics ;

· Le rapport d’évaluation des activités gouvernementales au troisième trimestre.
Le Président de la République, son Excellence Denis SASSOU NGUESSO, ouvrant la séance, a
demandé auMinistre d’Etat, Coordonnateur du pôle économique, Monsieur Pierre MOUSSA, de faire
l’exégèse des travaux du Groupe interministériel restreint sur l’assouplissement des procédures de
passation des marchés publics.

Le Groupe interministériel restreint, présidé par le Ministre d’Etat, Ministre du Plan, de l’économie,
de l’aménagement du territoire et de l’intégration avait la mission de proposer des assouplissements
à certaines dispositions du code des marchés publics. Plusieurs séances de travail ont été tenues,
séances au cours desquelles le Groupe s’était efforcé de passer minutieusement en revue les
propositions de l’Autorité de régulation des marchés publics afin de s’accorder sur les questions de
principe, de sorte que les experts puissent ensuite préparer les amendements à apporter aux décrets
qui organisent l’exécution des opérations.

A l’issue des travaux, les amendements retenus portent essentiellement sur :

- La réduction des délais de passation et de contrôle des marchés publics 

- Le seuil de délégation de maître d’ouvrage délégué qui passe de 250 millions de F CFA à 1
milliard de F CFA pour les marchés de travaux 

- Les seuils de revue préalable des dossiers d’appel d’offres dont les montants varient selon le
type de marchés 

- L’exclusion de l’appel à la concurrence d’une certaine catégorie de marchés publics comme les
marchés décidés priorité d’Etat ou urgence absolue par le Président de la République 

- Il est proposé la création d’une lettre de commande pour les marchés de moins de 10 millions
de F CFA qui échappent à l’approbation du Ministre des Finances. Le Président de la République s’est
fortement élevé contre toute manoeuvre visant à fragmenter bien des marchés pour atteindre ce
seuil de 10 millions de F CFA et par la sorte contourner la règlementation applicable.
La révision du code de passation des marchés permettra de réduire la longueur des délais et la
lourdeur des procédures de passation des marchés qui ont été perçues comme un frein indiscutable
à l’action gouvernementale quant à la réalisation des projets de développement, tel qu’il résulte des
deux premières évaluations de l’action gouvernementale de l’année 2011.

Après l’adoption par les membres du Conseil des Ministres du rapport relatif aux travaux du Groupe
restreint sur l’assouplissement des procédures de passation des marchés publics, le Président de la
République a donné la parole auMinistre des Finances et du portefeuille public, Monsieur Gilbert
ODONGO, afin qu’il se prononce sur l’exécution du budget et de ce fait même sur le deuxième point
à l’ordre du jour, à savoir l’évaluation des activités gouvernementales au troisième trimestre.
On retiendra que l’exécution du budget de l’Etat se poursuit conformément au calendrier initial et
par conséquent à la hauteur des masses budgétaires inscrites dans la loi des finances.
On retiendra, par ailleurs, qu’au troisième trimestre, et au vu du volume total des activités à réaliser,
24,4% d’activités sont encore en phase de planification et de préparation, 23,6% sont en phase de
contractualisation et 52% sont en phase d’exécution. La concentration des activités vers la phase
d’exécution témoigne d’une amélioration dans le processus de passation des marchés.
S’agissant de l’exécution des activités programmées par les ministères, on note une légère
amélioration par rapport au deuxième trimestre. Le taux de mesure complètement réalisé après
avoir fait un bon de 8 points en passant de 22,2% au 31 mars 2011 à 30,6% au 30 juin 2011 se hisse à
31,7%. Mais, si dans l’ensemble, une légère amélioration est constatée, en considérant les pôles, les
performances diffèrent considérablement.

Après accord du Conseil des Ministres sur ce dossier portant évaluation des activités
gouvernementales au troisième trimestre, il est à noter qu’un décret portant institution de la gestion
axée sur les résultats (GAR) et les termes de références relatifs à l’organisation d’un séminaire
gouvernemental sur la gestion axée sur les résultats feront, par la suite, l’objet de discussion au sein
des différents pôles, tout en associant le comité de suivi et d’évaluation des politiques et
programmes publics. Ce décret matérialisera, entre autres, la volonté politique du Président de la
République de faire de la gestion axée sur les résultats, un outil structurant et transversal pour la
modernisation de l’administration publique congolaise.

Le séminaire quant à lui permettra, par exemple, de discuter des modalités d’implantation de la
gestion axée sur les résultats dans les ministères.

Commencé à 10h00, le Conseil des Ministres de ce jour a pris fin à 12h30


08/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi