RENAISSANCE DU CONGO (12.D.G.P.D)

RENAISSANCE DU CONGO  (12.D.G.P.D)

Zone CEMAC

Au cœur des intérêts de la planète, l'Afrique doit mieux faire

Comme à l'accoutumée depuis 46 ans déjà l'Afrique a commémoré cette année l'anniversaire de la création, le 25 mai 1963, de l'Organisation de l'Union Africaine (OUA), devenue en 2002 l'Union Africaine. Comme à son habitude la communauté internationale a affirmé son attachement à ce projet d'union par le biais de messages de soutien pour accompagner le processus de développement du continent, mais aussi par des messages de fermeté à l'encontre de ceux qui se mettent en travers de cette aspiration de développement et freinent la lutte contre les maux récurrents qui minent l'Afrique depuis la nuit des temps.

46 ans n'est-ce pas un âge mature pour dresser un bilan ? L'Union africaine (UA) a tenu à célébrer cette journée à son siège d'Addis-Abeba, en Ethiopie, en la plaçant sous la bannière : «Vers une Afrique unie, prospère et en paix ». En faisant ce choix elle voulait symboliser une prise de conscience collective des pays membres de l'Union Africaine quant aux défis à relever pour les années à venir.

Ces défis se résument aux conflits internes archi-présents depuis les indépendances, l'instauration d'une paix durable sur l'ensemble du continent africain demeurant toujours l'un des principaux défis et la condition sine qua non pour la mise en place de systèmes de bonne gouvernance. L'Europe, par la voix de son Commissaire pour le développement et l'aide humanitaire reconnaît que "les peuples d'Afrique et les peuples d'Europe partagent les mêmes espoirs, les mêmes valeurs et les mêmes intérêts." Il est donc convenu qu'elle accompagnera le continent de façon plus pertinente dans les combats contre la crise économique, la pauvreté, le changement climatique, ou l'immigration clandestine.

A mi chemin du premier Plan d'action stratégique pour la période 2008-2010 dans le cadre du partenariat Europe-Afrique, il sied de savoir si les stratégies communes ont porté des fruits dans les huit domaines concernés, en particulier la paix et la sécurité, l'immigration, le changement climatique et le commerce. Sur fond de crise le mois de mai 2009 aura donc permis aux Africains de faire un « break » pour comptabiliser leurs réalisations et commémorer les efforts d'unité dans la diversité. Le Nepad, cette bonne vieille thérapie recommandée en 2000 avec un fracas qui laissait présager que l'on atteindrait les objectifs de développement, n'a pas répondu aux attentes et force est de constater que nous demeurons bien loin du compte.

L'initiative de son secrétariat, en Afrique du Sud, d'organiser une série d'évènements pendant tout le mois de mai a abouti au symposium culturel de Prétoria et bien qu'y aient été évoquées l'éducation et la culture autour du thème « L'unité de l'Afrique à travers l'éducation et la culture » l'on continue d'espérer que ces échanges stimuleront concrètement au développement du continent.

A l'instar du corps diplomatique africain accrédité en Côte d'Ivoire il faut continuer de plaider pour une intégration réelle entre les Etats africains, car sans elle non plus les chances d'atteindre les objectifs de développement resteront maigres. Comment espérer, par exemple, que le potentiel économique de la RDC serve de locomotive aux pays des Grands lacs et de la sous-région, pour ne pas dire du continent entier, si dans sa partie orientale les combats ne cessent de prendre de l'ampleur ? Une telle question est encore pertinente pour une majorité d'Etats africains.

Il faut que le continent s'engage résolument dans la voie de la paix pour que le développement s'amorce, pour que l'arrêt du crépitement des armes devienne effectif, pour que le travail prenne sa place. Tout n'est pas obstrué car il faut tout de même reconnaître que la signature de la charte de l'Union africaine a contribué à renforcer les liens de solidarité entre les Etats africains, même si, dans son ensemble l'Afrique doit mieux faire, notamment en ce qui concerne la santé, l'éducation, l'environnement, l'industrialisation, la lutte contre les guerres et les marginalisations.

Ferréol Constant Patrick Gassackys

Publié le 18/06/2009



18/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres