RENAISSANCE DU CONGO (12.D.G.P.D)

RENAISSANCE DU CONGO  (12.D.G.P.D)

Voila le petit arbre qui cache la forêt

L’accord conclu entre la France et le Congo entrera en vigueur l’année prochaine

¨Paru aux dépêches de Brazza le 27/10/2009

L’accord sur la gestion concertée des flux migratoires et le codéveloppement, signé le 25 octobre 2007, à Brazzaville, entre le gouvernement congolais et le gouvernement de la République Française, entrera en vigueur le 1er août 2010, rappelle un communiqué du ministère congolais des Affaires étrangères et de la coopération. Ratifié par le Congo le 21 mai 2008 et par la partie française le 25 mai de la même année, cet accord porte sur la circulation des personnes, l’admission au séjour des étudiants et des migrants pour motifs professionnels, la réadmission des personnes en situation irrégulière, la coopération policière, le codéveloppement et l’aide au développement. Dans le cadre de la libre circulation des personnes, l’accord vise de façon générale à faciliter la délivrance de visa de court séjour à entrées multiples, dit «visa de circulation», aux ressortissants de chacune des parties appartenant à des catégories précises. Toutefois, les ressortissantsdes partiesconcernées, titulaires de passeports diplomatiques sécurisés sont dispensés de visa de court séjour pendant une période probatoire de deux ans à compter du 1er août 2010. Il est convenu que les deux parties se concerteront le moment venu pour partager la durée de validité de cette dispense. Les ressortissants des deux pays titulaires de passeports de service sécurisés pourront également être dispensés de visa de court séjour. «Il faut cependant préciser que le visa de circulation n’est valable que sur les territoires congolais et français», souligne le communiqué.

En matière de codéveloppement et d’aide au développement, l’accord vise la mobilisation des compétences et des ressources de migrants congolais résidant en France en vue d’actions en faveur du développement du Congo. Il s’agit notamment de la défiscalisation des revenus des migrants en France, la réduction des taxes de transfert de leurs fonds, la réinsertion des ressortissants congolais, la coopération dans les domaines de la santé et de la  de la formation technique et professionnelle.

Nestor N’Gampoula

 

REACTION DES MEMBRES DU BUREAU DE L'U.F.P par le voix de son vice-président

Chers compatriotes chers parents !!!

L'accord concerté entre les deux Congo sur la gestion des flux migratoires, ne laissera personne indifférent mes amis. Qu'en est il exactement : cette gestion concerté semble t'il aurait vocation à mettre l'accent

- La circulation des personnes : chacun conviendra qu'il y'a lieu ici d'avancer que cette fameuse circulation concerne surtout nos compatriotes  Congolais. En effet les Français éprouvent moins le besoin à sollicité de nos consulats, des demandes de titres de séjour pout séjourner au Congo ; paralellement nos compatriotes Congolais sont oh!! combien nombreux à tenter leur chance en France, rêvant il faut en convenir d'une vie meilleure. Donc in finé, pour faire court il y' a là cette première mesure qui n'a d'intérêt que pour la partie Française qui aspire à voit s'éloigner de ses côtes ; les Congolais se trouvant en situation itrégulière sut le sol Français.  Il aurrait été donc souhaitable ne serait ce que pat égard pour l'intéect des Congolais, faut quand meme pas nous prendre pour des cruches, qu'on nous parle de mesure d'éloignement.

- La seconde mesure dans le dispositif renvoi à l'admission au séjour des étudiants et des migrants professionnels : Il y'a  à l'inspiration de cette mesure; un vent de compassion de compréhension du besoin des Congolais à vouloir quité leur mère patrie pour espérer ailleurs des lendemains meilleurs. Seulement à y voir de plus prêt, il ne s'agit ni plus ni moins que du renforcement d'un dispositif saumâtre. Très clairement chacun sait y compris les ambassades les conditions dans lesquelles, nos compatriotes et autres Africains  sont acceuillis. Les files d'attente, n'ont finissent plus, il y'en a qui viennent avec leur natte à 3-4 heures du matin pour être les premiers à recevoir un ticket; car ne l'oubliant pas meu importe la file : les places valent de l'or il faut être les premiers; tout en sachant qu'après s'être ainsi sacrifié on peut se voir refuser le fameux césame. Les ambassades et consulats Français auront dorénavant la majestieuse tâche de choisir le bétail (les personnes dignes de poser le pied sur le sol Français), seul les dossiers méritants seront admis préalablement et feront peut être in fine l'objet d'un avis favorable. En clais l'admission du dossier n'emporte et ne vaut pas acceptation définitive, quand bien même on pourrait avoir un dossier solide. Cette mesure  à priorie n'est pas la pour faire mumuse avec les nôtre, si nos compatriotes pensaient que c'était suffisament lourd comme procédure; ils ne sont pas au bout de leur peine.

La coopération policière : cette coopération pour ceux qui l'ignorent n'est que le prolongement des accords des coopération militaire et de défenses d'ailleurs obselettes signés à l'époque des indépendance pat DE GAULL et Foccart Jacques. Pour faire simple ces accords que ne désire d'ailleurs pas remettre en question Mr SASSOU consiste dans le formation en continue et le renouvellement effectif de la garde présidentielle par des officiers supérieurs Français ; qui du point de vu du choix n'a vraisemblablement pas beaucoup changé puisque c'est le même homme qui est aux commande de nôtre pays. La formation de notre armée à travers ; l'instruction - l'entrainement - l'encadrement ainsi que l'équipement des toutes nos troupes sans exclusive. La possibilité pour certains hauts gradés de prétendre à des formations de haute voltige en Europe : URSS - CHINE - VENEZUELA - FRANCE etc...  Certains d'entre vous se posent certainement la question de la contre-partie de ce système. Elle est effrayante - inquiétante - dangereuse et et triste pour les anciennes colonies Françaises aspirant à la démocratie.  En échange de ces bons et loyaux services, auxquelles s'ajoute la participation des milices ou militaires Français déguisés en mercenaire (appellez cela comme vous voulez) aux nettoyages ethniques des populations qui répugnent nos dictateurs de présidents,  perpétration d'intimlidations à l'endroit de nos opposants Africains (vous comprendrez en partie  pour quelles raisons les opposants Africains se terrent dans le silence) ; la France moyennant pôt de vin l'emporte toujours haut la main dans le cadre d'appel d'offre aux projets structurants d'envergure et gisements  miniers - pétroliers les plus juteux de nos territoires.L'appat du gain : La bonne vielle FRANCE-AFRIQUE n'en demordrera jamais avec nos richesse, car voyez vous elle en a besoin de maintenir le rang qu'est le sien aux consert des nations. Les Africains - les Congoalais ne veulent plus de cette coopération perverse qui pompe nos richesses, protègent les dictatures et ferme les yeux sur autant de génocides; tel que le monde n'en a plus connu depuis la seconde guerre mondiale.

Coopération policière vous dites : allez dire cela aux aveugles car nous ne le sommes plus.

- L'aide au développement : Parlons en. De quoi retourne t'il ? La France a mis en place il y'a de cela des années l'AIDE PUBLIQUE AU DEVELOPPEMENT en sigle APD. Le rôle joué par cette aide publique, s'il il avait été orchestré tel que prévue par la charte la convention ou la loi qui l'instituait, cette aide aurait été plus que bénéfique aux populations aliénatrices en l'enccurence les Africains. Hors au regard des données statisques par pays, il ressort un constat accablant qui atteste cela va s'en dire de la pauvrété de la plus part des pay africains et ceux de manière équivoque. Les Congolais savent ils que prêt de 90% de cette fameuse aide, sensée les soulager ne quitte pas le territoire Français. Jean Fronçois xavier Ferchave, leadeur incontesté de la lutte contre la concussion nous en faisait la parfaite illustration dans son bouquin intitulé NOIR CHIRAC. Il disait que plus de 80% d'une aide supposée apaiser le malaise Africain, servait au financement des formations politiques Françaises toute snesibilité confondue, qu'ils euent été de droite ou de gauche en passant pas l'extreme gauche et droite compris. Ils s'en sont servi pour financer les campagnes électorales toutes catégories, financer les trésories des formations politiques, pôt de vin pour l'obtention de marché en Africains (comprenez valises d'argent déposez dans des comptes offshore pour le compte de nos bon vieux présidents). D'ailleurs le Floc Prigent l'a volontier souentendu lors de son interrogatoire devant de le pôle finance dans l'affaite ELF. Certains dirigeants Français, ont largement profité de ce système machiavélique pour s'en remplir plein les poches. Alors lorsque on apprend que la France a fait un don d'environs 210000 Euros à des ONG congolaises pour améliorer le quotidient des Congolais, DE QUI SE MOQUE TON?. Le montant initial était semble tout logique bien plus important, d'ailleurs cette information est passé sous silence auprès des médias Français mais très nettement relayée dans la presse Congolaise. L'aide au développemen n'a de valeur, que celle qu'on lui donne; et n'a d'humilité que le nom que lui ont choisi ses bienfaiteurs. Les pays pauvres tributaire de cette dette souffrir encore et encore, car ne nous y trompons pas la charité bien ordonné commence pas soit même, la France en la matière est un bien bel exemple au regard de cette duperie systémique qui finira pas avoir la peau de tous les parias- les pauvres les laissés pour comptes.

Aussi, nous demandons à chacun ou qu'il soit de demeurer donc vigilant aux effets d'annonce; qui régulièrement comme la grande saison des pluies sinonyme d'innondation sont annontiatrices d'acccroissement de la pauvrété dans nos pays déja meurtris.

Le vice-président de l'U.F.P Parfait BONDOUMBOU

PS : LE CONGO D ABORD ET LE RESTE DU MONDE APRES.

 



27/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres