RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

L U.PA.D.S toujours en proie à ces TOURMENTS et indigne de confiance

Publié le 22.03.11

 

 

Gabriel Obongui. Le président de la coordination U.pa.d.s de Brazzaville, Gabriel Obongui, 82 ans, a été démis de ses fonctions, pour «trahison des principes du parti», au cours de la session extraordinaire de la coordination U.pa.d.s du département de Brazzaville qu’il était en train de présider, le lundi 14 mars 2011, au siège de l’U.pa.d.s. Pendant la session, les membres de la coordination ont pris l’option de le démettre, avant de rendre publique une déclaration.

 

Gabriel Obongui n’a pas terminé la session de la coordination U.pa.d.s de Brazzaville qu’il était en train de diriger. Les débats étaient houleux, sur son attitude d’être proche d’une tendance qui ne veut pas reconnaître la légitimité des instances  de transition mises en place. Les membres de la coordination lui ont demandé de dire la vérité sur ses fréquentations avec les responsables de cette tendance. Finalement, l’ayant accusé «de trahison des principes du parti», ils ont prononcé unanimement son éviction. L’intéressé est sorti de la salle, avant la fin de la session. Abordé à sa sortie, il a confié à la presse qu’il avait convoqué la session de la coordination U.pa.d.s de Brazzaville, pour sensibiliser les militants, de prendre, massivement, part à l’assemblée générale prévue par Victor Tamba-Tamba, à l’hôtel de ville.

Gabriel Obongui considère que c’est Victor Tamba-Tamba qui avait été élu comme permanent du parti. Se considérant comme légaliste, il a accepté la décision de son renvoi.

Signalons qu’au cours de cette session, il était question, pour les participants, d’examiner la vie de leur parti au lendemain du lancement officiel, le 16 janvier 2011, de la période de transition. Cette session, dont les travaux se sont déroulés à huis clos, s’est soldée par une déclaration de la coordination, lue par Patrick Kihoussa, président de la coordination de la jeunesse de l’U.pa.d.s. En voici l’intégralité:

«Nous, coordination de l’U.pa.d.s du département de Brazzaville, premiers secrétaires des fédérations et présidents des bureaux exécutifs fédéraux de la jeunesse, constatons:

- les tentatives de déstabilisation du parti par un groupuscule de vice-présidents, des cadres et dirigeants à la solde du pouvoir en place et en mal de leadership, qui continuent, sans gêne, leur manœuvre de sabotage et de complots politiques pour plomber le processus de réunification de l’U.pa.d.s fermement engagé;

- la tenue de réunions politiques en violation flagrante des statuts et du règlement intérieur du parti et de la charte de transition, des principes de l’U.pa.d.s et des valeurs d’unité et de cohésion, chères au président fondateur de l’U.pa.d.s, le professeur Pascal Lissouba;

- le mépris des aspirations et des attentes légitimes de la base du parti, la mise en quarantaine des rêves de jeunes, véritables héritiers de l’œuvre du président Pascal Lissouba, par certains dirigeants du parti à la recherche des postes ministériels par la matérialisation des intérêts égoïstes au dépens de l’intérêt général du parti;

- la trahison des principes du parti par le président de la coordination de l’U.pa.d.s du département de Brazzaville qui, sans se référer à sa hiérarchie, a tenté de mobiliser les militants du parti, ce en violation totale du règlement intérieur de l’U.pa.d.s (notamment l’article 138), en vue de participer à une pseudo assemblée générale, instance non prévue au niveau national par le règlement intérieur du parti (confère article 2, titre 1).

Face à toutes ces manœuvres politiques visant la déstabilisation du parti, nous coordination de l’U.pa.d.s du département de Brazzaville, premiers secrétaires des fédérations et présidents des bureaux exécutifs fédéraux de la jeunesse du parti avons unanimement décidé de;

- retirer notre confiance au président de la coordination de l’U.pa.d.s du département de Brazzaville pour faute grave;

- interpeller la direction politique nationale unifiée de l’U.pa.d.s en général et à la commission nationale de contrôle et de suivi de prendre toutes les mesures subséquentes, pour la bonne marche du parti».

Pascal-Azad DOKO



22/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi