RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

DES VOIX DE L OPPOSITION S EVEILLENT

 

Publié le 19.04

 

 

Ambroise Hervé Malonga annonce son intention de quitter le Front des partis de l'opposition 

Absent lors de la signature de l'accord politique entre seize partis de la plate-forme, le président de la Convention des républicains (CR) dénonce le manque d'imagination de l'opposition pour faire reculer le pouvoir en place


Ambroise Hervé Malonga s'est interrogé, au cours d'une conférence de presse, le 16 avril à Brazzaville, sur l'action menée actuellement par l'opposition congolaise. Selon lui, certains dirigeants de partis - et notamment ceux issus de l'ancien système - n'ont pas rejoint le front de l'opposition pour apporter le changement mais dans le but inavoué d'étouffer l'éclosion d'une démocratie réelle au Congo.

 

«Ils ont apparemment réussi en bloquant et en désorganisant l'opposition parce qu'ils ont mis tous les moyens qu'ils avaient reçus du pouvoir pour peser sur toutes les initiatives pouvant aboutir au changement », a-t-il estimé.

 

Il a également déploré le comportement des candidats de l'opposition qui n'ont pas su donner de consignes précises à leurs militants à la veille de l'élection présidentielle de 2009.

Il est inutile aujourd'hui, a-t-il poursuivi, de continuer à se leurrer sur une hypothétique redynamisation de l'opposition, dont l'immobilisme n'est plus à démontrer : il est constaté, selon lui, par certains médias congolais et des compatriotes qui pensent que l'opposition ne déploie pas assez d'efforts pour faire bouger les lignes.


Dans cette perspective, le président de la CR, membre de l'Alliance pour la République et la démocratie, a proposé d'« imaginer d'autres structures plus adaptées à la situation actuelle en tenant compte du contexte international, où le peuple prend en main son destin avec, à sa tête, des hommes nouveaux n'ayant jamais géré la chose publique avec le pouvoir actuel », avant de conclure : « Je vous invite à œuvrer pour l'avènement d'un cadre nouveau pour le changement, dirigé par des hommes et des femmes dévoués à cette cause et exemptés de tout soupçon quant à leur passé dans la gestion de la chose publique. C'est à cette condition que nous pouvons redonner l'espoir à nos compatriotes qui ont été déçus par le comportement négatif des dirigeants de l'opposition politique actuelle. »

 

Mon commentaire

 

Maître Ambroise Malonga, évoque ces anciens camarades comme ceux de l'ancien système, expression proprement choisie afin de ne pas froisser l'image de la vielle classe politique, autrement dit s'affranchir de ces hommes prétenduement sages au passé sulfureux, tant ils sont comptables de la régression politique économique et sociale de notre pays. Ces hommes dont il faut se détacher, pour faire peau neuve détachement nécessaire sans lequel la pleine légitimité serait veine. 

 

A l'image de ce que je dénonce depuis 2008, le congo prospère auquel chacun aspire, restera à l'Etat embryonnaire tant que la ligne de fracture nécessaire à l'émergence d'une toute nouvelle classe politique ne verra pas le jour. Ceci participe d'un raisonnement pragmatique en parfaite adéquation avec le facteur pauvreté à cause duquel la vielle classe politique s'attache désespérement à la gestion des affaires publiques pour se garantir un confortable niveau de vie. Dès lors il deveint alors évident qu'un pays dont les hommes politiques sont de cette trompe, est voué à demeurer un pays sous développé.

 

Le Congo-Brazzaville est une pépinière de talents en des domaines aussi diverses que variés, n'en déplaisent au pouvoir en place, la jeunesse congolaise compte de jeunes leaders déterminés engagés dans la voie de la prospérité économique, de la séparation des pouvoir, de l'Etat de droit y compris de celle concernant la promotion des valeurs sociales et démocratiques. 

 

Cessons de croire que sans la vielle classe politique, celle qui continue d'empoisonner le système éducatif national, le CONGO n'est rien. Cette vielle classe politique qui est aux affaires depuis près de 25-30ans et à cause de qui notre pays souffre d'artroses - de létargie - de morts lentes a un autre avenir/ La jeunesse congolaise est ce nouvel avenir et avec l'aide de DIEU son ascension culminera au moment ou LUI seul l'aura décrété, le CONGO luira et avec lui toute la jeunesse congolaise.

 

L'ancien système a étouffé et continue d'asphyxier, l'éclosion d'une toute nouvelle démocratie, car elle se sait en danger. La sévérité d'une justice soucieuse de l'intérêt générale, le regard inquisiteur tenaille déja les sentiments de peur et d'insécurité qui ont changé de camp. Les vieux lions de la savane se savent en danger, car les zebres - les bouc - les impalas - les antilops - les singes - les oiseaux ont décidé que la rivière  appartiendrait désormais à tout le monde car la rivière est à la savane ce qu'est le pétrol est au peuple tout entier.

 

Aux CONGOLAIS et CONGOLAISES de notre beau pays, je lance ce message, le prise de conscience collective est le début de toute civilisation harmonieuse  dans la légalité - l'égalité - la considération de l'autre sans exclusif. Là sommeil les valeurs de démocratie auxquelles aspirent tous peuples.

 

                Le CONGO d'abord et le reste du monde après 


                          LA PREFERENCE NATIONALE 

 

Par Parfait BOND 




20/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi