RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

DES MINISTRES SANS INTERET

Congo Brazzaville : Le gouvernement veut adapter la formation au marché de l'emploi

Envoyer Imprimer PDF

 

Le ministère de l'enseignement professionnel, technique et de formation qualifiante a organisé, les 17 et 18 mars 2010 à Brazzaville (Congo), un atelier sur le projet d'appui à la réinsertion socioprofessionnelle des groupes défavorisés (Parsegd).

Piloté par Emilienne Raoul, ministre des affaires sociales, de l'action humanitaire et de la solidarité, ce projet est financé par le gouvernement congolais et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Pendant ces deux jours, les cadres du ministère des Petites et moyennes entreprises et de l'artisanat, et ceux du ministère des affaires sociales, de l'action humanitaire et de la solidarité ont exploré les voies et moyens de trouver l'adéquation entre les besoins du marché du travail en main d'œuvre qualifiée et l'offre de formations.

« Nous sommes tous réunis pour travailler sur l'identification des bassins d'emploi et des métiers porteurs, ainsi que pour l'implantation des nouveaux dispositifs de formation qualifiante », a précisé André Okombi Salissan ministre de l'enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l'emploi à l'ouverture des travaux.

Dans le cadre de ce projet, les 500 jeunes candidats sélectionnés sur l'étendue du territoire national par le ministère des affaires sociales, de l'action humanitaire et de la solidarité vont bénéficier d'une formation à l'esprit d'entreprise. Ces formations vont être dispensées par les Centres d'Éducation et de Formation en Apprentissage (CEFA) nouvellement créés par le gouvernement. |Achille Tchikabaka(AEM)

 

REACTION DE L'U.F.P par son vice président Parfait Bondoumbou par sa trésorière Dorisca Mayamba
 
Chers amis, à l'U.F.P nous ne cesserons de dénoncer ce déni de bonne gouvernance, car voyez vous le titre en lui même est révélateur du malaise saisissant. Il y'a entre le vouloir et le pouvoir de Brazza (l'action concrète) un fossé abyssal que d'ailleurs les Congolais ont compris et vu
 
Commet expliquer qu'on veuille harmonyser le marché entre l'offre et la demande, si préalablement on alloue pas au ministère de l'éducation le budget nécessaire à la formation des jeunes - l'actualisation des programmes pour que nos jeunes soient aussi compétitifs que les autres. Au lieu de cela, ce gouvernement de malentendant, et à qui il faudrait acheter des appareils auditifs entend agir très sommairement en collaborant comme à l'accoutumé avec la BAD (banque africaine de développement).
Nous posons la question à Mme Emilienne Raoul, que fait elle donc du budget qui a été alloué à son ministère, car il semble plus qu'évident qu'avec ce budget les jeunes pourraient être mieux formés, sauf à penser que le budget officiellement annoncé est un leur et que foncièrement ce ministère n'est doté que de subsides à peine possible pour gérer le ministère lui même. Comment expliquer autrement ce deni responsabilité vis à vis  des jeunes qui pourtant aspirent à de véritables formations qualifiantes débouchant sur des  emplois.
Autrement dit Mme Emilienne tout les commes les autres membres de ce gouvernement ne font que de la figuration : le clanisme règne en seigneur au sommet de l'Etat la preuve est en faite.
 
Par ailleurs; ce titre alléchant évoque un sursaut d'orgueil qui en faite n'en est pas un, puisqu'au regard de la démarche on sent bien le laxisme des autorités de ce pays. En effet tous les congolais sont méritants et ont droit au bénéfices de mêmes formations, il n'y a pas 500 éléves ou écoliers universitaires il y'en a bien plus. La désinformation pollue la clarté du discour, s'il était question de projet pilote ne concernant qu'un nombre restreint de d'élèves alors OUI il faut parler explicitement de projet pilote et non de formation au marché de l'emploi pour l'ensemble de nos compatriotes.
 
Voila coment fonctionne ce gouvernement, entretenir le flou pour mieux dilapider les deniers publics. Nous ajoutons qu'à la tête d'un de ces ministères, il n'y a pas moins que l'illustre et tristement célibrissime M. Okombi Sallissa ministre à temps choisi et escro à temps complet qui subventionne sa milice et ses affaires avec le budget comptant du son ministère.
 
LEQUEL DES CONGOLAIS PEUT IL AVOIR CONFIANCE EN CET HOMME peu scrupuleux plus connu pour ces méfaits à sensation que pour son dévouement pour le peuple Congolais. Ce Monsieur qui a perdu près d'un Milliard dans son village n'a NULLEMENT été inquiété même pas relevé de ses fonctions et condamné à ne plus jamais exercé les plus éminentes fonctions d'Etats quelques qu'elle soit.
 
Au Congo le chemin d'avenir, est jonché de brigands de la pire espèce au titre desquels Mr OKOMBI.
 
LE CONGO D ABORD ET LE RESTE DU MONDE APRES
 
U.F.P Unions des forces de progrès


19/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi