RENAISSANCE DU CONGO

RENAISSANCE DU CONGO

Le FCFA ou frein monétaire à l'essor économique de l'AFRIQUE CENTRALE

Publié le 14.07.2011

 

 

 

REFLEXION SUR UNE POSSIBLE SORTIE DU CONGO DE LA ZONE FCFA.

 

Mes chers compatriotes, la capacité attractive monétaire d'un pays dépend inexorablement de la force de sa monnaie. L'illustration parfaite de ces schémas, se voit très clairement avec les pays type : U.S.A JAPON FRANCE ANGLETERRE Allemagne. Pour dominer son environnement économique, il faut intrinsèquement disposer d'une monnaie forte permettant une productivité évaluée au meilleur cout; car plus votre monnaie est forte et plus votre rayonnement est prépondérant; par conséquent votre productivité sera ainsi sanctionner par une croissance économique constante.

 

Une croissance forte, requiert  un PIB important lequel ne peut à son tour l'être que si l'ensemble des entreprises publiques et privées de votre pays sont compétitives sur le continent et a l'international. Autrement dit, compte tenu de la faiblesse du PIB du Congo-Brazzaville, la création d'une monnaie forte n'est donc qu'utopie et rêverie, puisque que la corruption asphyxie l'indice de croissance d'un PIB. La valeur du taux de change d'un pays dépend de la force ou de la faiblesse économique du dit pays.

 

Le Congo-Brazzaville ne peut donc pas subséquemment sortir du francs CFA et créer sa propre monnaie, ce serait un suicide économique instantané, puisque l'ensemble des produits d'exportation seraient vendus moins chers et les produits a l'importation seraient achetés plus cher; sans compter que les taux d'intérêts grimperaient car le Congo deviendrait un pays insolvable a l'égard de ces créanciers et autres partenaires.  

 

Le Congo-Brazzaville n'a pour le moment aucun avantage à se la jouer cavalier seul, car nous ne disposons pas des moyens de cette politique. Ne pouvant pas créer sa propre monnaie, notre pays doit avoir en partage avec d'autres pays une même monnaie, ce qui est à l'heure actuelle le cas. Les économistes de l'époque fort de cette appréciation, ont pensé que ce schémas monétaire permettrait un certain équilibre a tous les Etats de la zone franc, ce qui dans un sens a été le cas. En revanche, cette monnaie n'a pas permis le développement économique des Etats membres en près d'un demi-siècle. La question est : pourquoi est ce que les Etats membres n'ont pas pu prospérer?

 

Il y'a plusieurs facteurs qui l'expliquent

- Le fait que le FCFA n'était déjà pas une forte monnaie

- Le fait que cette monnaie ait été dévaluée pour eviter la faillite du systeme

- Le fait que la France exerce sur le FCFA un contrôle absolu tant au niveau du taux de change - de la fabrication des billets

Le fait que les réserves mondiales du FCFA ne sont pas domiciliées sur le sol AFRICAIN mais bien sur le sol Français. Ces facteurs qui ne sont bien entendu pas les seuls expliquent la faiblesse du FCFA.

 

1-/ Le FCFA monnaie crée pour être stratégiquement toujours affaiblie par rapport au Franc Français de l’époque.

 

Lorsqu'il a été décidé de la création de la zone FCFA, la France instigatrice de la démarche a sans mal obtenue des USA; le feu vert en contre parti d'un gage que la France s'assure définitivement, autrement dit qu'elle tienne l'Afrique centrale afin que plus jamais ne puisse peser la menace communiste a travers le marxisme léninisme. L'un des leviers pour atteindre ses objectifs a été la création de la zone FCFA.


Cette monnaie a été conçue sous impulsion FRANCAISE comme alternative aux difficultés monétaires de ses anciennes colonies, ce qui explique que 50ans après les pays de la zone CEMAC n'aient toujours pas décollé. Conceptualisez seulement que le Franc Français de l'époque ait été plus faible que le FCFA, la conséquence auraient été que les pays de la zone CEMAC composeraient largement sans la FRANCE. Les pays pétroliers zone CFA ne seraient donc pas sous tutelle FRANCAISE avec les conséquences pétrolières portuaires boisieres et ferroviaires que cela implique.

Autrement dit sans ces stratégies économico-monétaires Françaises, Sarkozy aurait eu bien du mal à justifier du rang qu'occupe France comme 5ieme puissance économique mondiale. Des lors que chacun de vous comprenne mieux pourquoi est ce que les chefs d'Etat d'Afrique centrale  ne souhaitent pas toucher au FCFA  puisqu'il y va aussi de leur intérêts type logistique - équipement et formation des armées congolaises par la France exclusivement, auquel s'ajoute le principe de non ingérence que brandi la France lorsqu'elle s'oblige a laisser les chefs d'Etat africains commettre des crimes contres l'humanité et piller les richesses de leur pays pour ensuite les dissimuler sur le sol et la protection Française.

 

2-/ Dévaluation provoquée par la France

 

La dévaluation du FCFA, n'a pas été la cause de la mauvaise gestion monétaire par les Etats de la zone CEMAC  de leur monnaie. La croissance économique de certains Etats de la zone CFA étaient de nature susciter l'engouement économique de l'Afrique Centrale. Hors la FRANCE devait par tout procédé trouver la parade afin d'éviter de faire germer dans l'esprit des chef d'Etat de l'époque, la possibilité que le FCFA devienne une monnaie de référence capable de rivaliser le Franc Français, puisque si d'aventure l'idée avait fait son chemin le rapport de force entre La France et ses anciennes colonies se serait inversé; le Franc Français concurrencé par le :CFA aurait de facto entrainé a son tour la dévaluation du FF; et l'effondrement du système économique Français tout entier. Ce qui, de la part des dirigeants de l'epoque etait tout bonnement impensable.


Que fallait-il faire pour éviter ce cataclysme économique quant à la position de la France sur l'échiquier Mondial? Encourager la faillite des pays de la zone FCFA pour ensuite d'une part promouvoir sa dévaluation et d'autre part inciter ces pays à faire garder leurs réserves FCFA sur le sol Français. La France y est parvenue, cela ne s'est pas fait sans quelques procédés expéditifs destinés à éliminer les gêneurs. Vous remarquerez, que la dévaluation s'est produite à une époque ou la plupart des pays de la zone CFA étaient sous le règne de dictatures, dont l'on sait grâce a qui ils sont la.


Vous voulez un indice NICE CANNES SAINT TROPEZ, trouvez le pays. MES CHERS COMPATRIOTES vous êtes a cent mille lieux, d'imaginer de quoi la France est capable pour contrôler la monnaie FCFA, bichonner les dictatures et s'assurer d'un monopole d'exploitation sur les réserves pétrolières d'Afrique Centrale, lisez le bouquin FRANCE AFRIQUE pillage a huit clos et vous comprendrez de quoi je parle.

 

3-/ Contrôle du CFA par l'ancienne Colonie

 

Mes chers compatriotes, que cela se cristallise dans votre conscient collectif : le FCFA est une conspiration internationale crée avec la complicité du Fond monétaire international - des chefs d'Etat D'Afrique Centrale et dont inexorablement la France a été la clé de voute; mais ceci n'est aujourd'hui un secret pour personne.

 

L'ancienne colon Français supervise voir réglemente le fonctionnement et la circulation de la monnaie CFA pour deux raisons

 

* Contrôler son taux de change : afin que les citoyens d'Afrique Centrale ne se rendent pas compte de la duperie, il fallait faire en sorte que ce soit officiellement les Etats membres de la zone CFA qui rédigent le protocole d'accord international sans aucune contrainte apparente; afin que la France apparaisse une fois de plus comme le pays ami celui a l'égard de qui les Etats membres vouent une confiance sans borne au point d'établir leur zone de change CFA sur le sol Français, par défiance également qu'un Etat membre ait pu se laisser tenter par l'idée de garder et dépenser les réserves mondiales CFA pour son compte personnel. L'idée ayant fait son chemin, et des lors qu'avait  été entériné l'accord cadre; plus rien ne pouvait empêcher la France à exercer son contrôle sur le taux de change de la monnaie CFA avec cela va s'en dire l'accord des Etats membres de la zone CFA. Tout cela a participé d'un accord plus global entre la France l’Angleterre et les USA. Vaut mieux laisser, les dictatures France africaines prospérer tant que les USA peuvent compter sur le soutien Français et le relais France africain en cas de prises de décisions susceptibles d'affecter et de faire s'effondrer le dollar US, et que bien entendu les services de contre espionnages Français et France africains se relaient des informations, pour s'assurer que les RUSSES ou les CHINOIS ne tentent rien qui viendrait entamer ce parfait équilibre vieux de près de 60ans. Ainsi va la guerre soviéto-américaine a laquelle se mêle depuis les 20 dernières années le géant asiatique Chinois. Le contrôle du taux de la monnaie CFA est a ce prix la.

 

La fresque peinte est si noircie par cette triste révélation et réalité, qu'il serait extrêmement difficile d'espérer un changement radical favorable au FCFA et donc favorable l'émancipation économique des peuples d'Afrique Centrale en l'Etat actuelle des choses, la France s’étant denardiser puisque en ce bas monde être petit est équivaut a être en permanence piétiné car l'argent est le nerf de la guerre.

 

*Il en est aussi ainsi,  de la régulation du FCFA sous tutorat Français, étant observé que le contrôle du taux de change sans main mise absolue sur la régulation du CFA s'apparenterait à une œuvre imparfaite instable et inachevée.      Par ailleurs, supposez qu'un ami vous demande de garder pour son compte  son argent, que vous l'acceptiez mais que entre temps il vous faille faire face a des dépenses urgentes voir remboursez un emprunt; a votre avis que ferriez vous: prendriez vous le risque de ruiner votre réputation d'autant qu'elle est importante ou au contraire vous diriez vous que vous disposez d'argent frais vous permettant de préserver votre réputation ? . Autrement dit la FRANCE peut absolument utiliser comme argument, dans le cadre d'emprunt sur les marches internationaux qu'elle a sa disposition des réserves CFA mondiales qui équivalent des dizaines de milliards d'euros. C'est a non point douter un argument massu auquel on ajoute l'argument royale de 5ieme puissance économique mondiale; ces deux arguments juxtaposés motivent les créanciers à consentir des prêts a un pays de ce rang parce que même avec des taux d'intérêts a la limite du raisonnables, les créanciers sont assurés d'être remboursés par la France. Est il seulement logique, alors que les populations Africaines meurent de faim - manquent d'eau et de quasiment toutes les infrastructures de base au prétexte qu'il n'y pas d'argents;  que des milliards de CFA dorment dans des réserves sur le sol Français sans que la famine faisant des ravages en Afrique n'inquiète personne. Nos chefs d'Etat Africains dorment sur leurs deux oreilles sachant cela.

 

Mes chers compatriotes, le diagnostic est sans appel, tant que la France-Afrique et ses symboles existeront : dictatures installées par la France - des noms de villes et des monuments a la gloire des relations Franco-africaines depuis 10 décennies : Libreville – Franceville – Brazzaville ; le maintien du CFA sous contrôle et protectorat Français - les closes secrètes de coopération et de défenses militaires conclues depuis les indépendances mais pourtant toujours d'actualité nonobstant le changement des époques et de régimes en France. Aussi longtemps que ces symboles existeront, l'Afrique centrale en particulier et l'Afrique en générale ne risquent pas de voir leur ciel économique et politique s'éclaircir pour les 50 prochaines années.

 

Publié par Parfait BOND Juriste en droit des affaires et fiscalité - Concepteur de www.renaissanceducongo.info 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



14/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi